LELOUTRE INDUSTRIE — TÔLERIE INDUSTRIELLE DE PRÉCISION — DÉCOUPE LASER
logo

RESSOURCES HUMAINES : L’art de transmettre 42 ans d’expérience et de connaissances

Archives de l’auteur

RESSOURCES HUMAINES : L’art de transmettre 42 ans d’expérience et de connaissances


Victor Albarracin est entré chez Leloutre Industrie en 1979. Issu d’une

école de dessin industriel et après une première expérience de 6 ans en

Argentine d’où il est originaire, il débute dans l’atelier. Tout d’abord comme

outilleur. « Je fabriquais les outils pour les presses. Par la suite, j’ai travaillé

sur toutes les machines de l’atelier. On prenait en charge la fabrication des

pièces du début jusqu’à la fin: cisaillage, traçage, poinçonnage, pliage,

soudure, ponçage et contrôle final ! Après 12 années, j’ai eu envie d’évoluer.

Je souhaitais me diriger vers la programmation sur «Trumagraph», l’ancêtre

de la CFAO. Un outil de programmation déporté, associé à notre première

machine de découpe laser. Une façon de revenir à ma formation initiale.

M. Claude Leloutre a accepté et m’a offert cette opportunité de progression ».

L’intégration d’une solution de CAO en 1996 le conduit au poste de

dessinateur d’étude. Un métier qu’il nous explique avec passion : « À partir

des plans clients, je dessine les pièces en 3D et génère un fichier STEP.

C’est un format qui permet l’échange de données entre systèmes CAO.

Puis je le contrôle et vérifie qu’il soit conforme au plan d’origine et qu’il

respecte les exigences et tolérances clients. Les pièces de tôleries en 3D

sont mises à plat. C’est ce fichier du “déplié de la pièce” qui sera transmis à

la poinçonneuse ou à la découpe laser. Ce fichier, au format DXF, pourra être

“lu” par les machines de production et converti pour réaliser le programme

de découpe et d’imbrication. Les pièces mécaniques suivent le même

processus, hors la mise à plat, et sont à disposition des centres d’usinages

par enlèvements de copeaux ».

Ce processus semble complexe, mais pour Victor Albarracin, rien de plus simple : « Nous travaillons avec TopSolid depuis 1996. C’est un leader mondial dans l’édition de logiciels de CAO/FAO, en particulier pour les applications tôlerie : leurs solutions accompagnent la mise en oeuvre des moyens de production automatisés et s’intègrent dans la chaîne numérique : conception, fabrication et gestion au sein de l’entreprise. Toutes ces modélisations sont facilitées par des modules de calculs puissants, collaboratifs et rapides, pour toujours plus d’efficacité.

Pendant 25 ans, j’ai pu suivre toutes les formations et évolutions des solutions TopSolid®, intégrées aujourd’hui en version 7, pour rester à la pointe de la technologie. Elles nous permettent de suivre toute “la vie” d’une pièce depuis sa conception : numéro du plan, indices, nomenclature, matières, et traçabilité… Leloutre Industrie conserve cet historique, ce qui nous permet d’être réactifs en cas de nouvelle commande ».

En complément, Victor Albarracin s’occupe de la modélisation des outillages spécifiques et gabarits nécessaires aux fabrications et au référencement du parc outillages : « Il faut répertorier chaque nouvel outil dans la GPAO. Il pourra ainsi être pris en compte dans les solutions proposées pour obtenir le meilleur résultat. J’ai également la charge de la création des relevés de cotes et gamme d’autocontrôle, conformément aux exigences et tolérances clients ».

Et de conclure : « J’ai fait toute ma carrière chez Leloutre Industrie. J’ai eu l’opportunité de fabriquer avant de dessiner, cela m’a beaucoup aidé. Je vais partir, mais avec William, la relève est assurée. Nous le formons avec Sébastien depuis son arrivée. C’est du sang neuf pour Leloutre Industrie ! ».

William Brault est-il prêt à relever ce challenge ? « En tout cas, on me donne toutes les armes pour ! Ce poste correspond parfaitement à ma formation : j’ai obtenu un bac professionnel de technicien d’usinage en 2015, puis un BTS industrialisation des produits mécaniques. J’y ai appris la gestion de la production, son organisation, et j’ai acquis de bonnes connaissances dans le domaine de la fabrication de pièces destinées à l’industrie. C’était en 2017. J’ai poursuivi en 2018 par une licence professionnelle en gestion de la production industrielle, qui m’a permis d’avoir une vision plus globale sur les méthodes, l’optimisation des process, l’exigence de qualité… ».

Après ses études, William Brault a commencé son parcours professionnel comme dessinateur industriel chez Coquelin Matériel, en Bretagne, avant de rejoindre la Côte d’Azur fin 2019. Là, il est embauché, toujours comme dessinateur industriel à Carros. Hélas, la crise Covid frappe et son contrat prend fin. Il retrouve un poste qui ne lui convient pas parfaitement et répond à une offre d’emploi, qui le mène chez Leloutre Industrie. « Ce qui m’a plu, c’est le challenge. Je n’ai que 23 ans et je dois remplacer quelqu’un qui a plus de 40 ans d’expérience. On me fait confiance, je suis accompagné par deux personnes qui connaissent parfaitement le métier et la société. J’ai bénéficié depuis mon arrivée de 3 sessions de formations certifiantes, au total 6 jours dans le cadre du dispositif Convention Relance Industrie (CRI 2021), cofinancé par l’opérateur de compétence interindustriel OPCO 2I et le Fonds National de l’Emploi. Il y a un vrai transfert de compétences, c’est très appréciable. On n’a pas perdu de temps et j’ai très vite pris mes premiers dossiers ».

Sébastien Tofani est le « deuxième homme» de la transmission. Son parcours chez Leloutre Industrie l’a amené à occuper le poste de technicocommercial. « Une proposition de la direction qui représentait une belle progression de carrière que je ne pouvais pas refuser ». Il a suivi une formation en productique (BEP, Bac professionnel et BTS) et est entré dans l’entreprise en 2001. « J’ai commencé aux côtés de Robert Delfino, sur la poinçonneuse, pendant 3 ans. Puis avec Franck Guiliano, à la découpe laser, pendant 8 ans. Et enfin à la CAO. Le fait d’avoir cette double expérience atelier / CAO a amené Denis Leloutre à me proposer de l’épauler en tant que technico-commercial. L’idée est simple : il faut savoir comment fonctionnent les machines et l’atelier pour conseiller au mieux les clients. Le fait de connaitre les contraintes me permet de leur dire ce qui est réalisable, ou d’adapter leur demande si besoin et de réaliser un chiffrage au plus près des temps opérationnels ».

« Je réalise les devis, les méthodes et les gammes de fabrication, c’est-à-dire toutes les opérations nécessaires à la fabrication des pièces de tôlerie demandées. Je gère les appels d’offres aux sous-traitants, par exemple les traitements de surface. Je fais une première estimation des délais. Je réceptionne les commandes des clients et vérifie qu’elles sont conformes aux devis établis en amont des approvisionnements, de la planification, du lancement et du suivi en fabrication assurés par Messieurs Bertramo (resp. achats qualité) et De Oliveira (chef d’atelier).

Et bien sûr, avec Victor, je forme William aux spécificités du métier de la tôlerie industrielle. Nous partageons avec lui nos expériences. Et comme côté utilisation du logiciel, tout va déjà très bien, j’ai une grande confiance ! ».

Vous avez un profil type Niveau Bac Pro en productique, Bac +2 en Productique et/ou Génie Mécanique, BTS Industrialisation des produits mécaniques, CQPM Opérateur Régleur sur Machine-Outil à CN de production par enlèvement de matière (MQ8811740009), CQPM Technicien d’usinage en système automatisé. N’hésitez pas à nous faire suivre des CV !

Nous serons heureux de vous accueillir sur notre stand N°36. L’occasion de nous rencontrer, d’échanger et de vous présenter plus en détail les solutions que Leloutre Industrie peut vous proposer. Pas encore inscrit ? C’est gratuit et c’est ici: https://www.weezevent.com/19eme-industria-mediterranee

Merci Com.DZ et Christophe Baldet pour cet échange

et la qualité de ces interviews métiers !


 

Des outils et des collaborateurs encore plus performants avec la dernière version de TopSolid

Nos logiciels de CAO (Conception Assistée par Ordinateur) et FAO (Fabrication Assistée par Ordinateur) bénéficient de la dernière version V7.14 de TopSolid, puissante solution de fabrication pour la modélisation, la simulation et la production (géométrie, assemblages, dynamique, etc.). Ses fonctionnalités performantes nous permettent de répondre aux exigences spécifiques de l’industrie pour la rédaction, la conception et la fabrication de produits.
Ainsi, tous les ans, sur des cycles de 2 à 4 jours, nos collaborateurs suivent une formation de remise à niveau sur les dernières versions de nos logiciels de CAO et de FAO pour se perfectionner dans les fonctions opérationnelles et pour acquérir les nouveautés en matière de CFAO. Ils bénéficient ainsi de connaissances théoriques et pratiques qui leur permettent d’avoir une utilisation optimisée de ces outils et de faire évoluer leurs compétences.

www.topsolid.com

RESSOURCES HUMAINES : Deux fois 35 ans d’ancienneté, de passion et de savoir-faire

Deux fois 35 ans d’ancienneté,

de passion et de savoir-faire

© Elisabeth Rossolin

Robert Delfino


Robert Delfino a débuté comme ajusteur.

« J’ai été embauché en mai 1986, par M. Claude Leloutre, le fondateur
de Leloutre Industrie. Avant, j’avais travaillé 4 ans chez un de ses soustraitants,
“Précis Nice”. »

Et de se souvenir : « À l’époque, il fallait savoir tout faire, sur toutes les
machines : cisailles, poinçonneuses, plieuses, soudure par points.
On fabriquait les pièces pour le médical, l’électronique, l’aviation…
Tout à la main et de A à Z ! »

« J’ai ensuite commencé à travailler sur une poinçonneuse numérique. Une “Pierce All”. Il fallait créer le programme ISO, rentrer les lignes de
codes pour lui indiquer toutes les étapes à suivre. »

« En 1989, nous avons reçu un centre d’usinage Trumpf 240 et deux ans après, un deuxième Trumpf 240 Laser qui combinait poinçonnage et laser.
Le premier du département ! Avec une “vraie commande numérique conversationnelle ” : les programmes de découpe étaient réalisés par le logiciel de la machine. Ça nous a fait gagner en productivité. »

« J’aimais beaucoup travailler sur cette machine. Tout commence avec le poinçonnage. C’est la première opération de découpe des pièces à fabriquer. Petit à petit, pour gagner encore en productivité, on s’est tous spécialisés sur une machine. Je n’ai pas hésité. En 2008, nous avons reçu une poinçonneuse de nouvelle génération équipée d’une tête tournante, sur laquelle je travaille toujours. Une Trumpf 3000R. Elle est capable de réaliser des opérations de taraudages, pliages, nervurage et bordage. C’est un plaisir de travailler sur de belles machines comme ça. Ça peut faire sourire, mais le jour où je vais partir, elle va me manquer ».

Robert Delfino a également la responsabilité de la maintenance de « sa » machine.
« Le constructeur assure une révision annuelle. Mais pour
tout le reste, c’est moi qui m’en occupe ».

Quand la machine est arrivée, Robert Delfino a suivi une formation
d’une semaine dispensée par le constructeur. Puis il a bénéficié de
l’accompagnement de Trumpf plusieurs jours sur site.

« Ce que je regrette, c’est qu’il n’existe pas de formation dédiée au
poinçonnage dans les lycées professionnels. Les jeunes ne savent pas
comment ça fonctionne et ne sont pas formés à ces technologies qui sont pourtant une étape essentielle de notre activité industrielle ! ».

Alors, pour assurer la transmission de ce savoir-faire unique , Robert Delfino a formé
un jeune technicien : Mickaël Vette rentré en 2017. Franck Guiliano l’a
également formé à la découpe laser. Mickaël est ainsi polyvalent. « Je suis confiant : la relève est assurée ! ».

Franck Guiliano


Franck Guiliano est arrivé juste après Robert Delfino.

« J’ai passé un CAP d’électromécanique et après l’armée, j’ai été
embauché comme apprenti chez un électricien. Robert est un ami
d’enfance. Un jour il m’appelle pour me dire que Leloutre Industrie
recherchait un ouvrier supplémentaire. J’ai fait un mois d’essai et j’ai été
embauché.
Je n’y connaissais rien. J’ai appris toutes les bases : la découpe sur
cisaille, le traçage des pièces au “trusquin”, le pliage. Il n’y a que la
soudure que je ne faisais pas. Alors j’ai demandé à apprendre. C’est
important de savoir tout faire. J’ai été formé à la soudure “TIG”, pour
“Tungstène Inerte Gaz”. Et je me suis spécialisé à ce poste. L’acier, l’inox,
l’alu, mais aussi le ponçage et les finitions
. En 1991, j’ai travaillé en binôme avec Denis Leloutre pour mettre en oeuvre la Trumpf 240 combinée laser-poinçonnage. C’était les
débuts de l’utilisation de cette technologie. La machine faisait 750 watts, aujourd’hui elle en fait 3000 ! J’ai trouvé les possibilités offertes passionnantes. Alors je me suis spécialisé dessus. »

Quelles sont les principales évolutions entre cette première machine et
la Trumpf L2530 sur laquelle il travaille aujourd’hui ?

« La vitesse, la puissance et la précision ! On peut découper des métaux
entre 0,2 et 20mm d’épaisseur. On travaille l’aluminium, l’acier, l’inox, le
titane. Cette exigence de précision implique de grandes responsabilités.
Je dois m’assurer que la pièce que nous allons fabriquer respecte à 100%
le cahier des charges. Il faut aussi optimiser l’utilisation de la matière dans
la géométrie de la tôle, en fonction de la forme à découper.
Concernant l’entretien “régulier” de la machine, c’est moi qui m’en
occupe. Un technicien passe une fois par an pour une révision générale.
J’assure également la maintenance des autres machines de l’atelier et
renouvelle périodiquement mon habilitation électrique. »

Les perspectives pour demain ?

« La technologie laser fibre, avec une augmentation de la puissance et
des performances machines. Nous pourrons y avoir accès dans le cadre
du “plan de relance” et de “l’Aide à l’investissement de transformation
vers l’industrie du futur”
.
Nous préparons l’accueil de cette technologie en 2022. Nous pourrons
travailler sur des matériaux que nous ne pouvions pas traiter avec le laser
CO2, comme le cuivre et le laiton ».

Chez Leloutre Industrie, nous considérons que les ressources humaines
sont au coeur de nos performances
. Nous sommes heureux de voir
l’attachement de nos collaborateurs à transmettre leurs compétences à
la jeune génération. Nous sommes fiers de leur engagement à partager
nos valeurs de précision, de qualité et de service. Un grand merci à
Robert Delfino et Franck Guiliano pour leur fidélité.

Nous vous donnons rendez-vous au mois de septembre pour notre
prochaine newsletter, dans laquelle nous poursuivrons cette série de
portraits qui font la richesse de notre entreprise.

Nous sommes à la recherche de profils type Niveau Bac Pro en
productique, Bac +2 en Productique et/ou Génie Mécanique, BTS
Industrialisation des produits mécaniques, CQPM Opérateur Régleur
sur Machine-Outil à CN de production par enlèvement de matière
(MQ8811740009), CQPM Technicien d’usinage en système automatisé.

N’hésitez pas à nous faire suivre des CV !


Atelier 4.0 : un pas de plus dans l’intégration des outils numériques et connectés

Dans le cadre de la dynamique de digitalisation de notre entreprise, une version Beta testeur de la V9 du logiciel de GPAO Clipper a été intégrée à notre ERP. Nos utilisateurs ont été formés pour son déploiement. L’objectif est d’accélérer l’intégration des outils numériques et de faire évoluer les compétences pour rendre les collaborateurs, les machines et nos ateliers plus agiles, plus interconnectés et plus compétitifs.
Cette amélioration, associée à l’acquisition du module « mobilité atelier », permet d’enregistrer et de connaître les mouvements de stock en temps réel, de pointer les opérations au pied de la machine, de faire des demandes d’achats sans ressaisies et de limiter les risques d’erreurs. Ainsi, le pilotage de nos activités est optimisé et la planification des réalisations facilitée. Nous disposons aussi d’une visibilité accrue sur nos délais de livraison. Bref, grâce à ce nouvel outil, nous assurons un meilleur suivi de nos commandes et améliorons encore notre réactivité !

www.clipindustrie.com

Toujours en quête d’amélioration et d’innovation, Leloutre Industrie s’équipe d’une nouvelle plieuse

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’arrivée dans nos ateliers de la toute dernière génération de presse plieuse conçue et fabriquée par Trumpf :
la “TruBend Série 7000”. Machine certifiée ergonomique, plus rapide, précise, elle permet de plier des pièces de petites et moyennes tailles avec une qualité de travail
irréprochable.

À la pointe de la technologie, cette machine est dotée du système “ACB” (Automatically Controlled Bending) qui associe des disques palpeurs et des capteurs mesurant et corrigeant électroniquement l’angle de pliage exact. Résultat :

  • Des pliages parfaits dès la première pièce et pour des fabrications allant jusqu’à 1500 mm de longueur.
  • Une extrême précision, qui nous permet de plier un large éventail de pièces de la plus simple à la plus complexe, y compris pour réaliser des plis à bords courts.

Cet investissement s’inscrit dans notre volonté de vous offrir une amélioration continue de nos prestations. Il a été rendu possible grâce au soutien de la Région Sud, qui vise à favoriser la transformation des PME vers l’industrie du futur dans le cadre d’une convention d’aide financière du dispositif : « Parcours Sud Industrie 4.0 ». Ce soutien marque la reconnaissance de Leloutre Industrie en tant qu’entreprise engagée dans un projet pérenne de modernisation.

Nous tenons également à remercier le Crédit Coopératif et la société Marseillaise de Crédit, partenaires historiques qui nous a permis de financer le lancement de ce projet, la société Piovano pour la manutention et le grutage de la machine, et bien sûr la société Trumpf, à laquelle nous sommes fidèles depuis de nombreuses années, pour la qualité de formation qu’elle a assurée à nos collaborateurs.

Une formation dédiée pour viser l’excellence

Fidèle à son ambition de placer les ressources humaines au coeur de ses performances, Leloutre Industrie a organisé, en partenariat avec la société Trumpf, une formation complète
à l’utilisation de la nouvelle plieuse.

Et pour être sûr qu’il y ait toujours un collaborateur compétent derrière la machine afin de tenir les délais, ce sont quatre personnes qui ont appris à manipuler la TruBend Série 7000

  • Le technicien usinage spécialisé dans le pliage
  • Le chef d’atelier
  • Deux techniciens usinage

 

Maîtrise du soudage Formations et expertise

Pour répondre à une demande spécifique d’un client du secteur de la défense, un de nos collaborateurs a suivi une formation de spécialisation soudage TIG (Tungstène Inert Gaz) dispensée par l’Institut de Soudure Group de Port-de- Bouc (Bouches-du-Rhône). Il a obtenu les deux qualifications suivantes :

> Norme NF EN ISO 9606-1 pour soudures sur inox
(anciennement NF EN 287-1),
> Norme NF EN ISO 9606-2 pour soudures sur aluminium
(anciennement NF EN 287-2).

Pour Leloutre Industrie, 5 jours de perfectionnement, et la qualification de son expertise en soudure sur tôlerie fine pour la réalisation d’ensembles mécano-soudés complexes de petites et moyennes séries dans les alliages habituellement assemblés en acier, alu ou inox.
Pour nos clients, c’est l’assurance de notre capacité à répondre aux exigences de certification de nos fabrications et à leurs besoins spécifiques.
Leloutre Industrie a cofinancé cette formation interentreprises et mutualisée avec le soutien de l’opérateur de compétences interindustriel OPCO2i PACA CORSE.

www.formation.isgroupe.com

Leloutre Industrie est certifiée ISO 9001

En savoir plus

icon-ISO

Logo

CONTACTEZ-NOUS


04 93 24 59 50
295 Impasse des Chauvets
Lieu dit "Chauvets"
06610 La Gaude